Category Archives: Recommandations – Nature – Bio

Virus de la tomate

Récemment, différents médias ont fait état d’un virus nommé ToBRFV pour «tomato brown rugose fruit virus» qui pourrait surgir en Suisse, essentiellement dans les serres. Ceci a alerté quelques-uns des jardiniers de la FGJF ce qui nous pousse à aborder le sujet.

Cette maladie attaque surtout tomates, poivrons et aubergines. Elle est sans danger pour l’homme. Elle est apparue en 2014 en Israël puis dans toutes les zones de production de tomates, en Italie, en Allemagne, en Grande-Bretagne et dans des serres du Finistère (Bretagne). La Suisse est pour l’heure épargnée, (mars 2020) mais elle a pris des mesures de prévention, notamment auprès des maraîchers et importateurs.

Le virus provoque des symptômes très différents selon les variétés affectées: feuilles atrophiées, taches brunes ou jaunes ridées ou décolorations.

Il se répand très vite: une fois un plant contaminé, c’est toute la serre qui est atteinte.

Ce virus est beaucoup plus agressif que ceux connus précédemment.  Le ToBRFV est considéré en Suisse comme un organisme de quarantaine potentiel. Il doit obligatoirement être déclaré et combattu. Tout cas suspect doit être signalé au service phytosanitaire cantonal ou au service cantonal de culture maraîchère, indique Agroscope. Mais il est à souligner qu’à ce jour (mars 2020), il n’y a pas de cas avéré en Suisse.

Elimination des plants infectés.

Vous pouvez consulter la fiche complète d’Agroscope traitant du virus précité en cliquant ICI. (Le document s’ouvrira ou s’enregistrera dans votre dossier « Téléchargements ».)

Mais comme indiqué, ce virus n’est pas encore en Suisse et d’autre part il n’est pas facile pour un jardinier amateur de déterminer quelle maladie affecte ses plants.

Aussi il est judicieux de généraliser le mode d’élimination à tous les plants infectés par une maladie :

  • Arracher les plants contaminés et les plants voisins. Comme nous avons de petites surfaces, il est possible auparavant de couvrir le sol d’une toile étanche, de sorte à ce que les déchets ne tombent pas à terre.
  • Placer les plants dans des sacs en veillant à ne pas toucher d’autres plantes, bien fermer les sacs.
  • Évacuer les sacs vers une déchetterie et les jeter dans les matières à incinérer, ces plants infectés n’étant pas apte à être compostés.
  • Nettoyer minutieusement les outils et si possible les désinfecter (eau de Javel).
  • Pour rappel, l’incinération sur place est interdite et les plants et déchets verts sains doivent être compostés (dans son jardin ou à la déchetterie de la commune) !

.

Fleche_H_page haut de page

Retour page d’accueil

home_1

Nos recommandations

FEU DE JARDIN

Les lois et règlements fédéraux, cantonaux et communaux interdisent les feux de jardin!

Nous vous remercions de vous conformer strictement à ces directives ! Préservons notre planète !

En 1999 déjà, le Comité Central de la FGJF distribuait à tous les comités de groupements une lettre des services de l’Etatfeu-non de  Genève stipulant cette interdiction!

Depuis lors, la législation en la matière est encore plus restrictive.

Vous pouvez consulter celle-ci en cliquant sur ce lien :

L 1 20.01: Règlement d’application de la loi sur la gestion des déchets (RGD)

Nous relevons les deux articles suivants de ce règlement :

Art. 15B(17) Feux de déchets
1 L’incinération en plein air de déchets est interdite.

Art. 22 Compost individuel
1 Les particuliers peuvent valoriser leurs déchets organiques sous forme de compost individuel.

RÉCUPÉRATION DES EAUX PLUVIALES

Il est rappelé que la récupération des eaux pluviales est règlementée dans le document à télécharger, appelé « Constructions et décisions », sous article 17.

Cliquez ICI ou sur le tonneau vert pour atteindre la rubrique téléchargements.

Récupérateur_eau

Pour des raisons d’esthétisme évidents, les tonneaux bleus qui donnent un aspect industriel à nos lopins, sont bannis des jardins familiaux.

Cliquez ici pour voir la note détaillée sur la récupération des eaux pluviales.

EMPLOI DES HERBICIDES DANS LES JARDINS

Les produits de lutte chimique contre les «mauvaises herbes», appelés aussi herbicides, sont dangereux pour l’environnement.
C’est pourquoi leur utilisation a été interdite sur la base d’une ordonnance fédérale de 1986 et étendue en 2001 aux propriétés privées.

herbicides

Nous  rappelons qu’il est strictement interdit d’utiliser des herbicides dans les jardins, les chemins, les places et spécialement les places de jeux, les terrasses et les toits.

haut de page

retour page d’accueil